DSI : un poste stratégique

Partager cette actualité :

30 NOV

Si la fonction initiale du DSI est de gérer la circulation numérique de l’information au sein d’une structure, les constantes transformations digitales (Cloud computing, sécurité, technologie mobile, Big Data…) le placent désormais au cœur de l’innovation et lui font jouer un rôle clef dans la stratégie des entreprises. Le directeur des systèmes d’information ne se réduit plus à sa dimension technologique et informatique et est même devenu en quelques années un acteur métier à part entière. Développement de projets, management, analyse de performances… Le DSI participe à la vie sociale, financière et juridique de l’entreprise tout en contribuant à la création de valeur.

 

Quel est le rôle du DSI ?

Un maillon essentiel

En veillant au bon déroulement de ses interactions internes et externes, le DSI se situe au cœur de la vie d’une entreprise. De son action dépend l’ensemble de la chaîne logistique au sein des différents métiers.

L’activité du directeur des services d’informations compte 3 volets principaux :

  • - Un volet technique qui va de la conception à la mise en place de la gouvernance du SI
  • - Un volet budgétaire qui permet d’évaluer la faisabilité financière des différents projets
  • - Un aspect juridique et humain qui englobe les différentes normes régissant le secteur ainsi que le management des équipes.

 

  1. Le volet technique

Le rôle du DSI est d’assurer l’optimisation de l’informatique au sein d’une société en accord avec sa stratégie et ses objectifs de performances.
A ce titre, il met en place des règles de fonctionnement et supervise les systèmes d’informations.
Sa mission est de coordonner les migrations nécessaires tout en assurant aux utilisateurs une continuité du service informatique. Grâce à un travail de veille (conférences, séminaires, lectures, présentation de produit par l’éditeur), il se tient informé des dernières innovations et conduit le plan d’évolution des systèmes en accord avec la direction et conformément au budget alloué, tout en restant à l’écoute des besoins exprimés par les différents métiers. C’est à lui et ses équipes que revient le choix des technologies et des prestataires, l’architecture des développements, la rédaction du cahier des charges et l’évaluation de la compatibilité entre les différents systèmes. C’est encore lui qui définit en accord avec la direction les priorités en termes de sécurité, en prenant en compte l’actualité mondiale et les nouveaux défis posés notamment par le Cloud et les technologies mobiles.

 

  1. Le volet budgétaire

Le DSI doit mener à bien ses fonctions techniques tout en veillant à la maitrise des coûts et au ROI. Pour cela, il doit gérer les dépenses fonctionnelles en accord avec le DAF: cycle de vie des ressources informatiques, budgétisation des ressources humaines, équipes internes, prestataires, externalisation, etc.
Il doit également inclure à son budget un volet Projets prenant en compte les imprévus : rachat d’une société, développement d’un nouvel outil, etc. Il anticipe donc les différents investissements informatiques et gère les leviers de la gouvernance tout en évaluant la performance financière des différents systèmes.

 

  1. L’aspect juridique et humain

L’intégration des normes juridiques fait partie de la mission du DSI. Il assure donc une veille sur l’actualité du secteur en s’informant sur les obligations, les risques et les différentes dispositions. (CNIL, vidéo-surveillance, badges, etc.).

Sur le plan managérial, le directeur supervise le travail de l’ensemble des départements du service et coordonne les rapports entre l’infrastructure,  le développement et le support technique. Le DSI recrute les informaticiens et choisit les prestataires. Pour faire valider ses projets et sa stratégie auprès de la hiérarchie, il doit être à même de restituer dans un langage accessible leurs différentes implications pratiques. La composante humaine est donc une part non négligeable de son activité.

 

 

Dans les coulisses du métier avec Stéphane Mary,
DSI de Feel Europe Formation, Membre du Réseau Aginius

 

Selon vous quelles sont les compétences requises pour piloter le SI ?

Stéphane Mary : Un DSI doit avant tout faire preuve d’une grande polyvalence et être capable d’intervenir aussi bien sur des problématiques juridiques que financières ou technologiques. Il doit faire preuve de rigueur et d’investissement et savoir anticiper. Ce n’est pas un directeur dans sa tour d’ivoire. Il doit se déplacer dans les différents services,  préparer et accompagner le changement, être à l’écoute aussi bien des besoins de la  direction que de l’ensemble des salariés et faire de la pédagogie pour  que la transition ne soit pas vécue sur le mode de la contrainte mais de l’adhésion. Cela demande des qualités de communicant.  

 

Qu’est-ce qu’une entreprise attend d’un DSI au quotidien ?

S.M : Sa visibilité est proportionnelle aux problèmes d’utilisation. Moins on en entend parler, plus il est efficace. Ce qu’une entreprise demande, c’est une mécanique transparente réactive et fonctionnelle qui s’adapte harmonieusement aux évolutions des systèmes.

 

Quel est le principal enjeu du poste de DSI ?

S.M : Le directeur des systèmes d’information est le lien qui coordonne l’ensemble des acteurs d’une entreprise. Il joue donc un rôle clef. Cependant, l’efficacité de ce service dépend étroitement du dialogue entre les différents intervenants. Pour que l’intégration d’un nouveau système d’informations respecte l’urbanisme existant, chaque maillon de la chaîne doit communiquer et s’accorder. La réussite de n’importe quel projet en dépend. Assurer cette bonne coordination au jour le jour est l’enjeu majeur de notre activité.

 

Aginius propose différentes formations préparant aux métiers de la DSI :

Les tableaux de bord du DSI : la synthèse 3 Jours 5-MG-TDB
Informatique et liberté : la synthèse 2 Jours 5-IL-SYNT