Artisan du BTP : payez-vous trop cher votre couverture décennale ?

Artisan du BTP : payez-vous trop cher votre couverture décennale ?

Dans le secteur du bâtiment, la souscription à une garantie décennale est une obligation légale pour un entrepreneur et une mesure de sécurité pour ses clients. Elle couvre les dommages qui affectent la solidité de l’ouvrage ou le rendent impropre à sa destination pour une durée de dix ans après sa réception. Toutefois, l’investissement associé à cette protection varie d’un assureur à un autre, ce qui amène à se demander si elle n’est pas un peu coûteuse. Retrouvez ici quelques astuces pour savoir si c’est le cas pour vous et des conseils pour changer cette prise en charge si son prix vous semble excessif.

Ce qu'il faut retenir :

💰 Coût de l'assurance décennale Les primes varient en fonction du risque et de l'expérience de l'artisan.
🔍 Comparaison des assureurs Utilisez des comparateurs en ligne ou des courtiers pour trouver la meilleure offre.
🔄 Changement d'assurance Résiliez votre contrat actuel et souscrivez une nouvelle assurance plus avantageuse.

Quels sont les tarifs de base d’une assurance décennale ?

Pour une petite ou une moyenne entreprise, les primes vont en général de 1 500 € à 3 500 € par an. Les coûts peuvent être cependant plus élevés pour des prestations risquées ou qui se réalisent en hauteur. Comme vous pouvez le constater en cliquant sur ce lien, c’est l’exemple des corps de métiers des piscinistes. Si la valeur de cette garantie dépend en grande partie du chiffre d’affaires de l’artisan, elle est également influencée par son expérience, ses antécédents, son activité et le niveau de risque relatif aux tâches qu’il effectue. Pour mieux comprendre, prenez le cas d’un ouvrier du bâtiment.

Comparativement à un étancheur, la nature de son travail est jugée moins dangereuse et pour cela, ses cotisations sont réduites. Il peut décaisser autour de 2 500 € par an s’il n’a pas connu de sinistres et qu’il est un expert. Un étancheur dont les opérations présentent en revanche des menaces élevées verra son paiement annuel s’estimer à 4 500 € au moins. Les nouvelles entreprises sans historique de dégâts subissent une majoration des prix en raison de l’absence de données capables d’aider l’agent d’assurance à évaluer avec précision les aléas. Elles bénéficient alors d’une réévaluation de leur prime après quelques années de service sans incident.

Comment comparer les tarifs des différents assureurs ?

Les comparateurs en ligne donnent une vue d’ensemble des coûts pratiqués sur le marché. Ils vous proposent en quelques minutes des devis personnalisés grâce à des informations que vous devez fournir sur votre structure comme son statut juridique et son chiffre d’affaires. Vous devez parfois mentionner les dommages que vous avez connus pour obtenir des résultats satisfaisants. Vérifiez que l’outil est fiable et qu’il prend en compte un grand nombre de compagnies.

En plus de cette alternative de comparaison, tournez-vous vers des courtiers. Ces professionnels offrent une prestation sur mesure. Ils analysent en détail les besoins spécifiques de votre entreprise et confrontent les propositions pour vous suggérer les solutions les plus adaptées. Un bon intermédiaire saura considérer les particularités de votre activité et pourra négocier pour vous des clauses favorables auprès des assureurs.

comparaison de contrats d'assurance décennale

Comment changer d’assurance décennale si vous payez trop cher ?

Contactez le prestataire qui fournit la formule moins chère que vous avez repérée. Avant de souscrire la garantie, contrôlez si elle répond mieux à vos attentes en termes de rapport qualité-prix. Lisez ensuite votre contrat actuel pour comprendre ses conditions de rupture. Identifiez sa date anniversaire, car c’est à ce moment que vous pouvez le rompre sans pénalités. Rédigez une lettre de résiliation conforme aux exigences de la compagnie pour lui notifier votre intention de mettre fin à la prise en charge.

Envoyez-la en recommandé avec accusé de réception pour conserver une preuve de votre démarche. Pour éviter toute période non couverte, assurez-vous que la nouvelle protection prend effet avant le terme de l’ancienne. Coordonnez les délais avec soin pour favoriser une transition sans interruption de la couverture. Une fois que le changement est effectué, informez toutes les parties prenantes de votre souscription, notamment vos clients, fournisseurs et partenaires. Cela préserve la transparence de votre activité et maintient la confiance pour votre entreprise.